• On revient des grottes par la route, avant les grosses chaleurs de l'après-midi. J'en profite pour prendre cette vue de l'entrée des gorges d'Ehujarre.

    Gorges d'Ehujarre

     

    Nous prenons le temps, l'après-midi, de visiter le village central, autour de l'église romane.

     

    Cimetière et église

    L'église et une croix des travailleurs (des outils sont représentés dessus.

     

    Différentes vues de l'église, avant de rentrer dans celle-ci.

    Eglise

     

    Eglise

     

    Eglise

     

    Vallée de Sainte-Engrâce

    La vallée de Sainte-Engrâce avec, à gauche, l'entrée des gorges d'Ehujarre

     

    Entrons maintenant dans l'église.

    Tympan

    Le tympan, avec un chrisme entouré de deux anges.

     

    Chapiteau

    Des chapiteaux et un intérieur d(église typiquement roman. Ci-dessus des rois, ci-dessous l'Enfer.

     

    Chapiteau

     

    Colonne

    Une colonne bicolore, gardée par un chien.

    Pied de colonne

     

    Une pause bienvenue, mais il est temps de repartir, il y a encore trois étapes à faire avant de rentrer.


    votre commentaire
  • Distance approximative (km) 10
    Altitude de départ (m) 625
    Altitude d'arrivée (m) 1650
    Point culminant (m) 1775
    Dénivelé positif total (m) 1175
    Durée estimée 4 h 45
    Durée réelle (pauses incluses) 5 h

    Ca y est, après 2 jours de repos, je me remets enfin à marcher le long du GR 10. Une petite étape, mais avec un fort dénivelé.

     

    Parcours

     

    Parcours

     On va d'abord au fond d'un ravin, puis on monte sec dans la forêt, puis sur les alpages pyrénéens, avant de marcher tranquillement le long de la frontière espagnole, et d’arriver à une station de ski.

    Profil

    Belle montée, avant une légère descente.

     

    Eglise de Sainte-Engrâce

    Départ à 8h15, par une très belle journée ensoleillée. Dernier regard sur l'église de Sainte-Engrâce.

    On descend un bout de route avant de prendre le sentier menant vers une grotte spéléologique.

     

    Loïc

    On suit une vallée très ombragée, dans laquelle on trouve d'anciennes conduites EDF.

     

    Laurent

     

    Ravin vers la grotte

    Le ravin, juste avant de quitter le sentier de la grotte, et de vraiment prendre le GR qui monte sec, en virage, dans la forêt.

     

    Arrivée à l'abreuvoir

    Après 90 minutes de marche, on arrive à cet abreuvoir, à la lisière de la forêt.

     

    Le gardien

    Voici le célèbre gardien de l'abreuvoir, œuvre d'un sculpteur local.

     

    Escuret-du-Bas

    On se pose à côté des ruines de la cabane d'Escuret-du-Bas, on est parti depuis 2 heures. On profite à fond de la journée, surtout que l'on commence à avoir de la moyenne montagne (1500 mètres d'altitude, espace dégagé).

     

    Départ de la cabane

    Un coin sympa, non ? Certains en ont d'ailleurs profité pour bivouaquer.

     

    Vallée de Sainte-Engrâce

    Une très belle vue sur la vallée de Sainte-Engrâce.

     

    Sainte-Engrâce

    Eh oui, on est parti de là !

     

    Dans la montée

    Un sentier d'alpage.

     

    Mouton

    Pour rejoindre la col, on va maintenant suivre une large piste. 1 heure 30 de montée, en larges virages, un peu monotone. On contourne la cabane du Coup (vers 11h), et on passe au travers de troupeaux de moutons et de vache.

     

    Col de la Pierre-Saint-Martin

    Mais la récompense en vaut la peine ! Un bien belle vue sur le pic d'Anie, et l'Espagne. Demain, on marchera là-dedans.

     

    Pique-nique

    On déjeune alors sur l'herbe, face à ce très beau panorama.

     

    Gouffre

    Aux abords du col, il y a plusieurs gouffres comme celui-ci, mais bien délimité (les bergers veillent à leurs bêtes).

    On descend alors vers la station d'Arrette-La Pierre-Saint-martin. Autant dire qu'en plein été, l'espace fait nu et dégagé.

    Arrivée à la station

    Le refuge se trouve juste derrière le chalet, et on voit les immeubles de la station. On voit aussi que les nuages redescendent.

     

    Refuge

    Voici le refuge, donc (je reviendrai dans le prochain article sur le pourquoi de ces préfabriqués). Si nous nous détendons d'abord à l'extérieur, l'après-midi va être particulièrement morose avec ce temps couvert, et la température qui baisse. On reste donc sagement en intérieur. Et il est prévu le même type de temps demain, ce qui n'incite guère à l'optimisme.

     


    votre commentaire
  • Arrivée en début d'après-midi, nous avons posé nos affaires, et essayé de nous occuper. mais comme vous avez pu le constater, le plafond était bien bas, et il faisait froid. On lit des BD, des Jaime Lire, des magazines, en attendant le repas du soir, et on s'interroge sur la conduite à tenir pour le lendemain : comme les nuages semblent être présent vers 2000 m, et qu'on montera à cette altitude, est-il prudent de faire l'étape à pied jusqu'à Lescun, sachant qu'on fera vraiment de la haute montagne (chemin sur pierre, passage de col, etc.) ? Réponse un peu plus bas.

    En attendant, voici quelques photos des lieux.

    Refuge

    Le refuge, et deux préfabriqués par accueillir les randonneurs. Eh oui, à Noël 2013, une violent tempête s'est abattue sur la station, et le toit du chalet s'est arraché, et l'étage a été fortement endommagé. Conséquence : plus de dortoir, et une saison d'hiver bien mal engagée. Le gérant a dû faire venir ces Algéco et réparer l'habitation; des frais bien malvenus, à 2 ans de la retraite. Comme nous sommes arrivés, le toit est certes réparé, mais il y a encore tout les travaux d'intérieur à faire, et nous dormirons donc dans ces préfabriqués. Seule une chambre reste accessible, occupée par une famille.

     

    Dortoir

    Un préfabriqué meublé de lits superposées, de table de chevet et de quelques posters.

     

    Refuge

    Le lieu du refuge est magnifique... surtout par beau temps.

     

    Station de sports d'hiver

    Vue sur la station dans la brume. ce jour-là, il y avait animation avec piste de luge d'été, mais une fois l'activité arrêtée, s'est bien calme. Normal, c'est une station de sports d'hiver !

     

     

     

    Station de sports d'hiver

    Le lendemain matin, comme annoncé, il ne fait pas beau (il pleut un peu même), et nous ne partirons donc pas marcher. Nous profiterons du taxi de la famille hébergée dans le refuge pour aller ensemble à Lescun. En attendant le véhicule, qui arrivera en fin de matinée, on reste évidemment dans le gîte. Toutefois, vous pouvez remarquer que le plafond nuageux se lève (on en profitera pour marcher un peu) et qu'on aperçoit le pic d'Anie.

     

    Station de sports d'hiver

    Super, on aperçoit d'autres sommets! ;)

     

    Pour finir, j'ai bien mal dormi à l'extérieur, à l'instar de ce que j'avais vécu à Bastan (souvenez-vous). Surtout par appréhension de la fraîcheur de la nuit, même si le préfabriqué isole mieux qu'une tente. J'ai donc été dormir dans la salle de repos du refuge, où j'ai vraiment passé ma meilleure nuit dans mon périple 2014. Quitte à ce que cela ait déplu au gérant.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique