• Parcours

    Comme le montre cette vue Google Earth (que vous pouvez agrandir), le train a été construit il y a 85 ans pour construire le barrage du lac d'Artouste. Une fois celui-ci terminé, le train a été reconverti en  attraction touristique. Et cela vaut vraiment le coup. Une dizaine de kilomètre, une petite heure de trajet, et de magnifiques paysages.

     

    Logo

     

    La gare est juste à côté du télécabine, et les train sont d'un rouge et jaune bien pétant. Surtout en cette très belle journée.

    Gare

     

    Deux places par banquette, mais il y a suffisamment peu de monde pour qu'on en réquisitionne chacun une.

    En voiture

     

    Et on perd, en changeant de côté, en traversant le tunnel de l'Ours.

    Avant le tunnel de l'Ours

     

    Dans le tunnel

    Juste la place pour le train, on reste bien sagement à l'intérieur !

     

    Il y a de nombreux arrêts sur la ligne, pour faire passer le train dans les deux sens (il n'y a qu'une voie). L'occasion de prendre les locomotives en photo.

    Locomotive

     

    Voici une des rares marmottes (en fait pour moi la seule) vues pendant cette semaine pyrénéenne.

    Marmotte

     

     

    À l'approche du tunnel

    Vous voyez ci-dessus l'un de ces arrêts, avant le passage du tunnel.

     

    Paysage

    Et maintenant, admirez le cadre qui s'offre à nous ! (image ci-dessus agrandie en cliquant sur elle)

     

    L'Arcizette

    L'Arcizette : le GR 10 passe au pieds des "coulées" que vous distinguez, donc on passera là demain (direction Gourette) !

     

    Pic d'Artouste

    Le pic d'Artouste est un peu le but de la ballade : on ne grimpe pas dessus, mais on sait que le lac est à ses pieds !

     

    Trois photos de perspective avec le train.

    Dans le train

     

    Côté station de ski

     

    Plutôt raide

     

    En bas de la vallée passe le Soussouéou : zoom sur une cascade l'alimentant, juste à  côté d'une bergerie.

    Cascade du Soussouéou

     

     

    Pic d'Ormiélas

    Le pic d'Ormiélas : un lac est à son pied, mais au-dessus de la voie, donc non visible.

     

    On approche tout doucement du terminus (on distingue le barrage).

    Pic d'Artouste

     

    Et voici la gare terminus, en contrebas du barrage d'Artouste. Il faut maintenant monter sur un sentier bien aménagé pendant 15 minutes pour atteindre le lac.

    Terminus

     

    Gare

     

    Vue vers la vallée du Soussouéou (agrandie en cliquant sur l'image).

    Vallée du Soussouéou

    On reste environ une heure au lac d'Artouste avant de repartir.

    Sur le chemin du retour, on prend finalement peu de photos (redite de l'aller ? épuisement ?). Voici en tout cas une vue de la vallée du Soussouéou (on reconnaît la cascade vue précédemment).

    Plaine du Soussouéou

     

    Mare de Séous

    La mare du Séous (presque à sec).

     

    On revient ensuite à notre point de départ (la gare du télécabine). Un pot en terrasse, et on descend.


    votre commentaire
  • En montant au lac, on a une belle vision sur l'arrivée du petit train et le début du chemin de montée :

    Arrivée du petit train

     

    Et on arrive ici : les bâtiments industriels à gauche, le lac d'Artouste au fond (on peut le longer pour aller au refuge d'Arrémoulit). (image agrandie en cliquant dessus)

    Sous le lac d'Artouste

     

    Encore un petit lac, très pur quand on voit les reflets.

    Petit lac

     

    Derrière les bâtiments, on arrive au barrage, construit en gradin (moins impressionnant qu'à Bious-Artigues). On aperçoit derrière d'autres construction, et un sentier permet de partir en randonnée.

    Barrage d'Artouste

     

    Sur le barrage

     

    Une vue (que vous pouvez agrandir) du barrage.

    Construction autour du barrage

     

    Petite vue du lac. On y resterait longtemps, non ? (image agrandie en cliquant dessus)

    Lac d'Artouste

     

    Au-dessus du lac

    Au fond, le pic d'Artouste.

     

    Lac transparent

     

    Lac d'Artouste depuis les bâtiments

    Un dernier panorama (agrandissable) et on peut redescendre prendre le train du retour.

     

    Une dernière soirée à l'appartement de Gabas, et on se couche tôt. Demain, c'est une étape de 9 heures de marche qui nous attend !


    votre commentaire
  • Distance approximative (km) 21
    Altitude de départ (m) 1036
    Altitude d'arrivée (m) 1346
    Point culminant (m) 2465
    Dénivelé positif total (m) 1429
    Durée estimée 9 h 30
    Durée réelle (pauses incluses) 10 h

    Voici la plus grosse étape depuis que je suis sur le GR 10 (l'étape de Collioure était aussi de même durée, mais à plus basse altitude). 

     

    Tout d'abord une longue montée jusqu'à la Hourquette d'Arre, avant une descente de presque 3 heures à la station de Gourette.

    Parcours

     

    Profil

     

    Pour cette première partie, je m'intéresse à la partie forestière, passant par la corniche des Alhas, puis la montée jusqu'au plateau de Cézy (soit 3 heures de marche).

    Parcours au départ

     

    On part évidemment tôt le matin (7h) et, pour éviter une longue portion de route, ma mère nos dépose devant la centrale d'Artouste, où le GR quitte la route. Déjà 30 minutes de gagnées ! Mais on a encore 20 km à faire.

    Panneau indicateur

     

    Centrale d'Artouste

     

    Le soleil n'est pas encre levé, il fait donc un peu frais, mais on reste sous le couvert des arbres.

    En forêt

     

    Ici, un choix doit se faire : passer par la corniche des Alhas vertigineuse, ou emprunter la piste forestière ? On choisit évidemment la première option (c'est plus rassurant à 2).

    Avant la corniche

     

    Après 1 heure de marche (depuis le départ), on arrive donc à la corniche, taillée dans la montagne. Une main courante la parcours, car il y a des passages plus délicat (faible hauteur, moins d'arbres, donc la sensation de vide est plus présente).

    Début de la corniche des Alhas

     

    Loïc sur le sentier

     

    Un sentier néanmoins très agréable.

    Corniche des Alhas

     

    Voici le passage le plus délicat : pas très large, non ?

    Passage délicat

     

    Mon frère n'est pas sujet au vertige, donc aucun souci pour lui.

    Corniche des Alhas

    Bilan : n'hésitez pas à prendre la corniche, c'est plus impressionnant que réellement dangereux.

     

    On descend ensuite au pont de Goua, traverser le torrent du Soussouéou, lieu de départ de canyoning.

    Gave du Soussouéou

     

    Bifurcation

     

    On reprend ensuite le chemin en forêt, et une montée de 400 mètres de dénivelé, par une succession de lacets, nous attend dans la forêt. On sait qu'on arrive au bout en atteignant une falaise et une petite grotte.

     

    Sortie de la forêt

    La grotte est juste à droite ! Mais c'est vraiment une petite cavité.

     

    Au soleil

    Ah, avoir le soleil matinal, quel plaisir. Mais maintenant, on va partir plein est !

     

    Petit panoramique sur la vallée vers Gabas (que vous pouvez agrandir). On distingue à gauche le pic du Midi d'Ossau qui fait coucou !

    Vers Gabas

     

    On arrive ensuite au plateau de Cézy (image agrandie en cliquant dessus). Nous partirons par le sentier à flanc de falaise qui se dessine à droite. En allant vers le fond de la vallée, c'est une variante conduisant à Eaux-Bonnes.

    Panorama de Cézy

     

    Ce type de borne nous accompagne depuis Ayous. Très pratique pour se repérer.

    Borne indicatrice

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique