• Sare-Aïnhoa

    Après cette bonne pose à mi-chemin, nous repartons donc vers Aïnhoa, but de la balade aujourd'hui. Il est 13h30 et il commence à faire bien chaud.

    Voie médiévale de Sare

    Heureusement, le départ de Sare est très agréable, car nous empruntons la Voie médiévale, un chemin empierré, qui mène à un pont romain, coupe à travers route et permet de rester à l'ombre.

     

    Voie médiévale de Sare

    Quelques minutes plus tard, la Voie devient un escalier, ponctué d'oratoires et de nombreux bancs pour se reposer. On ne prendra pas cette dernière option, il y a encore du chemin tout de même !

     

    Voie médiévale de Sare

     

    Voie médiévale de Sare

     

    Oratoire

     

    Barrière basque

    Et toujours le charme des maisons et barrières basques, sur fond de collines verdoyantes...

     

    Pont romain

     Le fameux pont romain, dans un coin idéal pour pique-niquer.

    Pont romain

     

    A partir de ce point, le chemin sera beaucoup moins appréciable : certes, on longe la frontière franco-espagnole (voyez la borne ci-dessous), mais ce n'est que de la route pendant plus d'une heure. C'est également relativement plat, on n'a donc pas vraiment la sensation d'avancer, et c'est très pénible en plein après-midi estival.

    La frontière

     

    Toutefois, l'arrivée à Aïnhoa, à partir du pont du Diable (plus de 2 heures après le départ de Sare), se fait en longeant la Nivelle, donc en sous-bois. Et arriver à la fraîche permet de terminer sur une note plus joyeuse.

    La Nivelle

     

    En sous-bois

     

    Enfin, sur les coups de 17h, nous arrivons à Aïnhoa ! Nous trouvons rapidement le gîte qui nous hébergera (il n'y a qu'une rue principale !), mais aurons une mauvaise surprise : le gérant n'avait pas compris qu'ion souhaitait avoir le dîner et un pique-nique pour le lendemain. Obligés de nosu débrouiller nous ironts dîner, bien malgré nous, au gault & Millau du coin, et achèterons le lendemain nous sansdwichs à l'épicerie du village. Méfiez-vous donc si vous n'avez pas prévu de repas !

    Maison d'hôte Aïnhoa

     Par contre, la maison, avec ses poutres apparentes, son esclaier en bois et ses larges chambres, et très accueillante, comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous.

    Maison d'hôte Aïnhoa

     

    La chambre à Aïnhoa

     

    La chambre à Aïnhoa

     


    votre commentaire
  • Quelques photos du village d'Aïnhoa, classé "plus beau village de France".

    Aïnhoa

    Aïnhoa

    Aïnhoa

    Aïnhoa

    Aïnhoa

     

    Le famaux piment en train de sécher.

    piments

     

    Le lavoir.

    Lavoir à Aïnhoa

     

    L'église et le cimetière basque.

    Eglise d'Aïnhoa

    Nef de l'église d'Aïnhoa

    Stèles basques

    Pour connaître la signification de ces stèles, cliquez ici.

     

    Et pour terminer, les plats servis dans notre très bon restaurant.

    Entrée restaurant Aïnhoa

    Dessert restaurant Aïnhoa


    votre commentaire
  • Distance approximative (km) 19,5
    Altitude de départ (m) 123
    Altitude d'arrivée (m) 150
    Point culminant (m) 716
    Dénivelé positif total (m) 689
    Durée estimée 6 h 45
    Durée réelle (pauses incluses) 9 h 30

     Parcours Aïnhoa-Bidarray

    Troisième jour de marche, la plus difficile avec la descente sur Bidarray (à partir de la deuxième flèche ci-dessus, une vision satellite agrandissable).

     

    Profil Ainhoa-Bidarray

    Presque 7 heures de marche, nous rajouterons 1h30 de plus. Certes, un peu parce que ma mère a presque 60 ans, donc un rythme prudent, mais aussi parce que la descente en flanc de falaise n'est pas évidente, et l'arrivée à Bidarray, sur de la route, c'est très fatigant, mais j'y reviendrai plus tard.

    Le profil de l'étape est aussi agrandissable.


    Parcours Aïnhoa-frontière

    On commence tout de suite par un chemin de croix menant à la chapelle de l'Aubépine, chemin qui est une large piste. Puis c'est un sentier de crête jusquà la frontière et le col des Veaux. L'image est agrandissable.

     

    Aïnhoa

    Le jour se lève sur Aïnhoa, et il fait plutôt gris. Raison de plus pour partir tôt, surtout qu'il faut acheter le pique-nique à l'épicerie. Départ donc à 8h30.

     

    Aïnhoa

    Le chemin s'élève doucement, on passe à côté des croix blanches symbolisant les différentes étapes de la Passion. Comme vous pouvez le constater, le plafond est bas.

     

    Chemin de croix

    Une statue de la Vierge, en contrebas de la prairie accueillant la chapelle.

     

    Chapelle de l'Aubépine

    La chapelle de l'Aubépine, atteinte vers 9h15.

     

    Aïnhoa

    On voit mieux la vallée d'Aïnhoa, et vous pouvez en profiter davantage en cliquant sur le panorama ci-dessous, prend depuis l'extrémité de la chapelle.

    Vallée d'Aïnhoa

     

    Chapelle de l'Aubépine

     Mon frère et ma mère m'attendent, cette première pause est donc maintenant terminée. Il est temps de passer derrière le calvaire pour prendre le chemin de crête.

    Un calvaire avec Jésus et les deux voleurs, tordus de douleur. Les stèles basques n'ont ici qu'une fonction décorative.

    Calvaire

     

    Calvaire

     

    Stèles basques

     

    Jésus

     

     

    Collines dans les nuages

    Nous voici sur le sentier, toujours au milieu des fougères, et nous allons avoir notre première pluie du périple (ça ne durera que quelques minutes, juste le temps d'enfiler les capes).


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique