• Quelques photos de Saint-Jean-Pied-de-Port.

     

    Notre-Dame-du-Bout-du-Port

    Notre-Dame-du-Bout-du-Port, et l'un de ses chapiteaux.

    Chapiteau

     

    Rue de la Citadelle

    La rue de la Citadelle. Celle-ci, en hauteur, a été reconverti en collège-lycée.

     

    Auberge du pèlerin

    L'accueil du pèlerin.

     

     

    Maison Arcanzola

    La maison Arcanzola, l'une des plus vieilles de la ville

     

    Porte Saint-Jacques

    La porte Saint-Jacques, par où se poursuit le GR. On peut prendre une partie du chemin de ronde pour voir la ville fortifée et les environs sous un autre aspect.

     

    Eglise d'Uhart-Cize

    Au soleil couchant, l'église d'Uhart-Cize se détache.

    Le soir, comme le vaille à Baïgorri, le gérant du gîte qui nousa ccueille nous conseille un restaurant dans Saint-Jean, où nosu prendrons également le petit-déjeuner et le pique-nique le lendemain.

    Je devais initialement poursuivre seul jusqu'à Etsaut, soit 7 jours de marche supplémentaires. Mais j'ai préféré renoncer et accompagner ma mère et mon frère pour leur retour, craignant une petite déprime. Et puis, porter ses affairespendant 12 jours, même sans tente et matériel de cuisine, c'est tout de même lourd. On s'arrête là donc pour cette année, et je ferai la section Saint-Jean-Pied-de-Port - Etsaut en 2014 (une autre excursion familiale est prévue cette année).

    Rendez-vous dans un an donc pour la (pour)suite de la traversée des Pyrénées-Atlantiques.

     

    Retour

    Pour finir, nous sommes en attente du train nous ramenant à Hendaye, via Bayonne


    votre commentaire
  • Et voilà, après 2 ans d'absence, me voici de retour dans le Pays basque pour poursuivre la traversée des Pyrénées. Une semaine de marche, avec pause au milieu, pour ce qui commencera à ressembler à de la moyenne montagne. Cette année, mon frère m'accompagnera, comme il y a deux ans.

    Vue sur Saint-Jean-Pied-de-Port

    L'arrivée à la gare de Saint-Jean (par le bus, des inondations récentes ayant coupé la voie de chemin de fer). Les pèlerins (bien plus que des randonneurs de GR) se dirigent vers le centre ville pour déposer leurs affaires dans leur hébergement, ce que je vais également faire.

     

    Rue de la Citadelle

    Je sais, beaucoup de photos ressembleront à celles prises en 2012 (normal, le point d'arrivée étant le point de départ d'aujourd'hui). Mais au moins, il fait beau ! Et puis, j'ai 3 heures à perdre avant l'arrivée du frère.

    Voici donc pour commencer quelques vues de la rue de la Citadelle, en plein quartier historique.

     

    Rue de la Citadelle

     

    Porte de France

    Les deux portes d'entrée à l'intérieur de la ville fortifiée : la porte de France ci-dessus, et la porte de Navarre ci-dessous.

    Porte de Navarre

     

     

    La Nive

    Après être montée à la citadelle, je suis descendu par le chemin de ronde, jusqu'à l'église Notre-Dame, vue ici en contre-jour depuis un pont sur la Nive.

    Eglise Notre-Dame

    Le pont qui passe au pied de l'église, et certaines maisons ont vraiment les pieds dans l'eau !

    Maisons

     

    Remparts

    La porte Saint-Jacques, endroit où se rejoignent le GR65 (chemin de Saint-Jacques pour la partie française) et le GR10. Je suis monté à droite pour avoir un beau point de vue sur la vallée.

    Remparts

     

    Pays basque

    Quelques panoramas depuis les remparts (agrandissables en cliquant dessus).

    Pays basque

     

    Je reviens maintenant vers le gîte.

    Enseigne

    Non, pas celui-ci, malgré sa belle enseigne, mais celui-là, avec sa façade typiquement basque.

    Gîte

     

    Lits

    On est accueilli par un petit mot et un bonbon, et des casiers sont à notre disposition pour y poser nos sacs.

     

    Entreposage des sacs

     

    Après l'arrivée de mon frère, on dîne. Comme il s'agit d'un gîte de pèlerins, on a d'abord un apéro où chacun se présente. Une quinzaine de personnes dormiront au gîte ce soir-là (des Espagnoles, des Hollandais, des Allemands, un Québécois, des Français), mais seules 2 prendront la direction de l'est, et non du sud. Partons alors nous couchons, dans une douce chaleur estivale, car demain, les choses sérieuses commencent.


    votre commentaire
  • Distance approximative (km) 15
    Altitude de départ (m) 159
    Altitude d'arrivée (m) 620
    Point culminant (m) 620
    Dénivelé positif total (m) 821
    Durée estimée 5 h 10
    Durée réelle (pauses incluses) 4 h 45

     

    Parcours

     

    Profil

     

    Voici donc la première étape, une étape assez tranquille : 5 heures de marche, pas de gros dénivelé (même si la dernière partie est bien raide. Les profil et parcours sont agrandis en cloquant dessus.

     

    Rue de la Citadelle

    Départ à 8 heures du matin, dans la brume (mieux visible sur l'image ci-dessous). Cet homme qui part à droite, retenez-le, on le retrouvera souvent sur le parcours.

    A cette heure-ci, les pèlerins sont déjà partis, et pour les résidents de la ville, il est encore tôt.

    Départ

    On franchit donc la porte Saint-Jacques, et partons au sud-est par la route, vers Çaro.

     

    Toile du matin

    Petite toile d'araignée, prise dans la rosée matinale.

     

    Eglise de Caro

    Après 45 minutes de marche, les nuages se dévoilent, et le soleil pointe le bout de son nez. On arrive au village de Çaro, et on en profite pour reposer un peu nos épaules endolories (premier jour de marche, il faut que le corps s'habitue).

    J'en profite pour photographier les bâtiments typiques du pays basque : église, fronton de pelote, maisons.

    Fronton de Caro

     

    Maison de Caro

     

    Aincille

    On retrouve alors notre homme, qui se prénomme Alain. Lui aussi suit le même parcours que nous, on le verra donc chaque jour (par contre, il a sa tente). On le suit, et cela nous occasionne un détour non prévu (de 10 minutes seulement) vers Aincille, dont on aperçoit l'église.

    Une fois revenu sur nos pas, nous voyons bien où nous nous sommes trompés et reprenons le GR qui s'enfonce dans un petit bois.

     

    Sortie de forêt

    A la sortie du bois, on commence véritablement à monter sur le plateau, en direction du col d'Hendiague (400 m de dénivelé positif).

    A suivre...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique